Sites et monuments historiques

Croix de Gaspé

Reproduction de la croix de Gaspé

En 1934, partout au Canada, on commémore l’arrivée de Jacques Cartier. La paroisse de Rivière-à-Pierre y contribue à sa façon par la construction de la Croix de Gaspé. En effet, la Croix de Gaspé a été taillée d’un seul bloc, ici même à Rivière-à-Pierre, à la carrière Auguste Dumas et Cie, ce qui a fourni du travail à une partie de la population. La Croix de Gaspé est dévoilée le 25 août 1934, à l’occasion du 400e anniversaire de l’arrivée de Jacques Cartier à Gaspé qui prend possession du territoire au nom de la France. Nous espérons dévoiler en 2008, à Gaspé, une plaque soulignant que cette croix a été taillée à même nos montagnes.

 


Chaire de granite

chaire-de-graniteLa chaire de granite est installée pour une première fois le 22 août 1937 dans l’église de Rivière-à-Pierre. Cette chaire, taillée par messieurs Jos Lassonde, Patrice Tremblay et Omer Laroche, sous la direction de monsieur Auguste Dumas, comprend 3 monolithes. Les initiales des tailleurs sont gravées sur le deuxième monolithe du monument. Puis, le 14 mai 1954, la chaire est expatriée au Montmartre Canadien, à Québec. À l’occasion du centenaire de Rivière-à-Pierre, on récupère qui est remise aux paroissiens le 8 décembre 1990.

 


Tour à feu

tour-a-feuActuellement, les tours à feu se font de plus en plus rares au Québec. En effet, il n’en reste qu’entre trois et sept, incluant la nôtre à Rivière-à-Pierre. Cette tour à feu fut construite en 1947. Elle servait à l’époque de caserne de pompiers, pour abriter la pompe. En 2003, on procède au réaménagement de la tour qui est aujourd’hui le Centre d’interprétation du granite.

Qu’en est-il du Centre d’interprétation du granite ?

Ce centre, aménagé en 2003, est ouvert aux gens de Rivière-à-Pierre et aux touristes durant la saison estivale afin de leur faire connaître une des plus belles richesses de notre municipalité : le granite. Rivière-à-Pierre est reconnu mondialement pour la qualité de son granite. On compte au moins douze granites différents dans les carrières de Rivière-à-Pierre. Cependant, ces différents granites ne sont pas tous en exploitation présentement. Le centre explique en détail l’exploitation, la transformation et le marché du granite.


Pierre de bienvenue

pierre-de-bienvenueLe projet de la pierre de bienvenue que l’on peut admirer à l’entrée du village prend naissance en 1990, alors que les membres du Comité du Centenaire ont l’idée d’installer un monument à l’occasion des Fêtes du centenaire. Le granite étant une des plus grandes richesses de la municipalité, il était de mise que le monument soit fabriqué à partir de cette matière première.

 


Centre communautaire Le Ripierrois

centre-communautaireNotre centre communautaire voit le jour en 1993. Situé sur le terrain même où le couvent avait trôné pendant près de 80 ans, le centre communautaire vient répondre aux besoins de la population. D’abord pour abriter le bureau municipal, il sert aussi à la population pour diverses fêtes ou réunions.


Parc municipal Lacrouzette

Tables de pique-nique en granite dans le Parc municipal Lacrouzette

C’est au printemps 1997 que neuf familles Ripierroises se réunissent afin de former un comité qui donnera suite à une idée de jumelage. La réalisation de ce parc est rendue possible grâce à l’aide financière des citoyens et citoyennes de Rivière-à-Pierre ainsi qu’à une subvention du gouvernement provincial.

 


Chutes de la Marmite

chutes-marmiteLes Chutes de la Marmite sont depuis longtemps un des plus grands attraits touristiques de Rivière-à-Pierre. Mais avant d’être ce qu’elles sont maintenant, les Chutes de la Marmite ont été l’hôte d’un barrage hydroélectrique qui desservait la municipalité de Rivière-à-Pierre, principalement les industries. Abandonnées comme centre hydro-électrique, elle deviennent, dans les années vers 1970 un endroit privilégié pour les amateurs de la nature. On y aménage alors un sentier pédestre et on y construit des refuges où les amants de la nature peuvent s’y reposer. Le temps ayant fait son œuvre, certaines installations deviennent désuète. En 2007, de concert avec la SÉPAQ et grâce au pacte rural, on aménage de nouvelles tables de granite et on sécurise le site pour le plus grand plaisir des adeptes de plein air.


Réserve faunique de Portneuf

reserve-fauniqueLe territoire constituant aujourd’hui la Réserve de Portneuf était autrefois un terrain gouvernemental loué à des clubs privés. L’histoire de la Réserve de Portneuf commence au début des années 1960. Il a fallu quatre ans de démarches ardues auprès du gouvernement pour enfin réaliser le rêve des membres fondateurs. En 1995, la Réserve de Portneuf est passée aux mains de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq).

De nos jours, la Réserve de Portneuf, qui s’étend sur une superficie de plus de 775 km2, accueille annuellement près de 80 000 jours-utilisateurs et génère des retombées économiques de plusieurs milliers de dollars pour la région.

Le territoire de la Réserve est couvert en partie de forêts mixtes à prédominance de feuillus et est constitué principalement de bouleaux, d’érables, de sapins et d’épinettes. On y retrouve 375 lacs et 11 rivières, dont la majestueuse rivière Batiscan, ainsi qu’une faune très variée permettant l’utilisation de ce territoire pendant les quatre saisons : la faune aquatique avec l’omble de fontaine (la truite mouchetée), la truite grise (touladi), l’omble chevalier, le maskinongé et la truite moulac ; la faune terrestre avec l’orignal, l’ours noir, le loup, le coyote, le renard, le castor, la martre, le raton laveur et le lièvre ; la faune ailée avec la gélinotte huppée, le tétras du Canada, le hibou et le héron bleu qui nichent en forêt ou vivent aux abords des plans d’eau.

La Réserve compte aujourd’hui un superbe camping (50 emplacements) ainsi que 45 chalets pouvant contenir de 2 à 14 personnes.

Pour renseignements et réservations, visitez le site Internet à l’adresse suivante : http://www.sepaq.com.


Les chemins de fer

Le chemin de fer fait partie de l’histoire de Rivière-à-Pierre depuis ses tout débuts. Déjà en 1887, Arthur Buis traitait du sujet. Le CN a connu des années très prospères servant de jonction entre Montréal-Québec-Saguenay-Lac St-Jean. Une seule ligne est encore en service, soit Montréal-Jonquière, que plusieurs villégiateurs empruntent pour se rendre à leur camp. Avec un peu de publicité, les gens pourraient exploiter davantage tout le réseau des pistes cyclables. Avec VIA Rail, on pourrait partir de Montréal, se rendre à la piste du Lac St-Jean, revenir et descendre à Rivière-à-Pierre pour se rendre à Québec par la piste Jacques-Cartier/Portneuf. L’exploitation de la route verte est à la portée de tous.


Piste multifonctionnelle

piste-multifonctionnelleDepuis 1993, plusieurs personnes ont mis leurs efforts en commun pour faire en sorte que la voie désaffectée du CN devienne une piste multifonctionnelle où l’on pratiquerait le vélo en été et la motoneige en hiver. Les MRC de Portneuf et de la Jacques-Cartier s’occupèrent de faire la demande d’acquisition de l’ancienne voie ferrée auprès du CN. Cette piste multifonctionnelle est officiellement ouverte au public en 1998. La piste Jacques-Cartier représente maintenant 68 kilomètres de sentier en pleine nature dans un paysage enchanteur où se marient verdure et eau. La municipalité a aménagé les bords de la piste ainsi qu’un poste d’accueil avec toilettes permanentes. Puis les compagnies qui oeuvrent dans le granite à Rivière-à-Pierre ont contribué à l’aménagement du poste d’accueil à leur manière en fabriquant des tables de granite. L’inauguration a lieu en juillet 1998.